/ Les news / Jeunes et saints !
Jeunes et saints !

Publié le 9 octobre 2020

Jeunes et saints !


« Pour être saint, il n’est pas nécessaire d’être évêque, prêtre, religieuse ou religieux », on peut aussi être jeune, bien dans ses baskets ou ses sandales, fan de foot ou de montagne, avoir beaucoup de rêves et envie de changer le monde… C’est pas nous, c’est le pape François qui le dit ! Enfin surtout le début de la phrase, mais dans le fond, ce qu’il veut te dire c’est que toi aussi tu peux être saint et que c’est un chemin de bonheur dès aujourd’hui.

Puisque ce n’est peut-être pas les images habituelles qu’on a des saints, nous découvrons depuis la béatification de Carlo Acutis plusieurs figures de jeunes qui n’ont pas attendu le nombre des années pour vivre de la sainteté de Dieu. Chacun à leur manière, ils ont vécu une sainteté ordinaire, une mission renouvelée, un amour puissant pour Dieu et pour les autres. Chacun à leur manière, ils vont nous faire un peu découvrir ce chemin de sainteté auquel nous sommes aussi appelés !

Leurs histoires peuvent être des encouragements et ils peuvent devenir des amis du ciel sur qui compter, mais le plus important c’est qu’à ton tour tu puisses offrir ce que tu as d’unique, dès aujourd’hui, avec le Christ :

« Beaucoup de jeunes saints ont fait resplendir les traits de l’âge juvénile dans toute leur beauté et ont été, à leur époque, de véritables prophètes du changement ; leurs exemples nous montrent de quoi sont capables les jeunes quand ils s’ouvrent à la rencontre avec le Christ.« 

pape François, Christus Vivit n°158

« Je te rappelle que tu ne seras pas saint ni accompli, en copiant les autres. Imiter les saints ne signifie pas copier leur manière d’être et de vivre la sainteté : il y a des témoins qui sont utiles pour nous encourager et pour nous motiver, mais non pour que nous les copiions, car cela pourrait même nous éloigner de la route unique et spécifique que le Seigneur veut pour nous.« 

pape François, Christus Vivit n°162

Chaque jeune mettra en lumière une facette de ce que peut être la sainteté : être soi-même, la confiance en Dieu, la charité et le service, la foi et l’espérance dans l’épreuve, l’amitié et le leadership, l’amour des sacrements, la joie et la louange… pour aller plus loin tu trouveras à chaque section des questions pour réfléchir ou échanger avec d’autres et du contenu supplémentaire (articles, livres, films) !

Être soi-même !

« Tu dois découvrir qui tu es et développer ta manière propre d’être saint, au-delà de ce que disent et pensent les autres. Arriver à être saint, c’est arriver à être plus pleinement toi-même, à être ce que Dieu a voulu rêver et créer, pas une photocopie » [Christus Vivit n°86]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Bienheureux Carlo Acutis (1991-2006)

  • Pour tendre vers son but de ne pas « mourir comme une photocopie », Carlo disait que notre boussole devait être la Parole de Dieu, à laquelle il faut se confronter constamment.
  • Amoureux de l’Eucharistie, il demande à ses parents le jour de sa première communion de pouvoir aller à la messe tous les jours. Il s’y tiendra jusqu’à sa mort et passe de longs moments auprès du tabernacle, l’Eucharistie « son autoroute vers le ciel » sera le lieu de croissance de son amitié avec Jésus.
  • Passionné d’informatique, de vidéos, de création de sites, il met son talent en œuvre pour partager ce qui le passionne plus encore : Dieu, son Amour pour les hommes, l’Eucharistie ! 
  • Sa foi, son attention aux autres et sa joie sont contagieuses : il a marqué ses amis, bouleversé la foi de ses parents, créé une amitié avec leur employé de maison qui se convertira au christianisme.
  • Il suivra son « programme de vie », « être toujours uni à Jésus », jusqu’à la fin et jusque dans la maladie, une leucémie foudroyante qui l’emportera en 3 jours à 15 ans.

(1) Christus Vivit n°162

Et toi, quel talent particulier veux-tu faire grandir, pour laisser au monde et au ciel « cette marque unique que toi seul pourras laisser » ? (1)

Claire a toujours été attirée par le beau, dans la musique, l’art, la création. Elle en a fait son métier pour restaurer des œuvres religieuses.

Claire de Castelbajac

« Oui j’ai trouvé ma place dans l’Eglise et cette place, ô mon Dieu, c’est vous qui me l’avez donnée.. ».

Thérèse de Lisieux

Quand Guido a entendu l’évangile du jeune homme riche, il s’est demandé ce qu’il pouvait offrir à Jésus pour Le suivre… il a trouvé : son diplôme de médecine !

Guido Shäffer

Confiance en Dieu

« Ce que je peux te dire avec certitude, c’est que tu peux te jeter avec confiance dans les bras de ton Père divin, de ce Dieu qui t’a donné la vie et qui te la donne à tout moment. Il te soutiendra fermement et tu sentiras en même temps qu’il respecte jusqu’au bout ta liberté. » [Christus Vivit n°113]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)

  • Ste Thérèse avait une confiance absolue dans le Christ et dans la miséricorde de Dieu. Sa “petite voie” vers la Sainteté était d’accepter le réel de sa faiblesse et de s’offrir à Dieu telle qu’elle était pour qu’Il agisse en elle. 
  • Elle rayonnait de joie à chaque instant. Son livre et ses poèmes chantent la gloire du Christ. On peut citer son poème n°45 entièrement dédié à la joie.
  • Elle rentre à seulement 15 ans au couvent et a toujours voulu dévouer sa vie au Christ. Elle écrit souvent combien son amour pour Dieu est grand. “Oh ! je t’aime, Jésus ! vers toi mon âme aspire. Viens régner dans mon cœur, donne-moi ton sourire rien que pour aujourd’hui !”
  • Toute sa vie, elle a eu le soucis de sauver les âmes. Elle priait sans relâche pour le salut du monde et souhaitait “passer son Ciel à faire du bien sur la terre.”
  • Elle avait de grands désirs, voulait être apôtre, missionnaire… elle a choisi avant tout d’aimer et sa fécondité, bien au-delà des murs du Carmel, est telle, qu’elle est nommée sainte patronne des missionnaires… alors qu’elle n’a presque jamais quitté la Normandie !

Et toi, comment fais-tu pour ne pas te décourager quand tu n’arrives pas à avancer ? Par quelle action quotidienne peux-tu redire ta confiance en Dieu ?

“Je sais bien qu’il y a dans la Bible 366 fois : « Ne crains rien », une pour chaque jour de l’année, et que la grâce d’état sera là, le cas échéant.”

Claire de Castelbajac

« La conversion n’est rien de plus que de déplacer votre regard de bas en haut, un simple mouvement des yeux suffit. » 

Carlo Acutis

« Si tu le veux, Jésus, je le veux moi aussi. »

Chiara Luce

Charité et service

« Il nous faut un esprit de sainteté qui imprègne aussi bien la solitude que le service, aussi bien l’intimité que l’œuvre d’évangélisation, en sorte que chaque instant soit l’expression d’un amour dévoué sous le regard du Seigneur. Ainsi, tous les moments seront des marches sur notre chemin de sanctification. » [Gaudete et exultate n°31]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Guido Schäffer (1974-2009)

  • Guido est aussi un jeune bien de son temps, qui aime la musique, sortir avec ses amis, faire du sport et en particulier du surf !
  • Suite à l’appel du Christ “ne détourne jamais ton regard du pauvre et ainsi Dieu ne détournera jamais son regard de toi” (Tobias 4,7), il s’est dévoué auprès des plus fragiles. 
  • Fort de ses études de médecine, il s’investit auprès des pauvres en aidant les soeurs de Mère Thérésa. 
  • C’était un véritable missionnaire. Son seul souci était de sauver les âmes. Il a toujours parlé du Christ à tous ceux qu’il croisait, sur les plages ou dans les rues et ceux qu’il soignait. Beaucoup sortaient bouleversés des consultations.
  • Il a toujours gardé la douceur et la patience lors de ses consultations et prenait le temps avec chaque personne. La prière était son moyen pour apaiser les conversations autour de lui.
  • A son enterrement, ses proches ont été surpris de voir arriver un grand nombre de personnes pauvres, malades ou de la rue : « il a guéri mon bras », « une nuit il s’est arrêté pour regarder ma plaie et me soigner », « il me parlait lorsqu’on se croisait » …

Et toi, comment ta foi se traduit chaque jour en actes d’amour, d’attention et de service auprès de ceux qui t’entourent ? Arrives-tu à toujours parler avec bienveillance et douceur ?

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Simone Weil (1909-1943)

  • Simone n’est peut-être pas la première à qui on pense quand on parle de jeunes saints : d’origine juive et d’une famille agnostique, elle n’a jamais été baptisée ! Pourtant à 27 ans elle dit s’être « convertie à l’Amour du Christ » et cet Amour l’a saisie au point de toujours la déplacer intérieurement vers les autres et de devenir une mystique chrétienne aujourd’hui reconnue.
  • Après des études de philo, sa vie professionnelle dans l’enseignement sera aussi le début de son engagement politique auprès de syndicat et de l’action ouvrière. Au Puy, son premier poste, elle se rend solidaire des chômeurs en se limitant à leurs 5 francs par jour et commence à donner tous ses compléments de revenus.
  • À 22 ans, elle met en pause l’enseignement pour se plonger dans l’expérience du travail en usine dont elle relate les détails dans son Journal d’usine. Son objectif n’est pas seulement de comprendre mais de partager de manière incarnée le quotidien éprouvant des ouvriers.
  • Après s’être engagée pendant la guerre d’Espagne, la 2nde guerre mondiale et l’avancée de l’armée allemande forceront Simone et sa famille à se réfugier à Marseille. Elle y commence la rédaction de ses Cahiers, et s’engage dans les premiers réseaux résistants, en distribuant les Cahiers du Témoignage Chrétien.
  • Depuis enfant elle a une santé fragile, et, ne s’étant pas beaucoup ménagée, une tuberculeuse finit de l’affaiblir. À 34 ans elle meurt d’une crise cardiaque.

« Autour des pauvres, je vois une lumière que nous n’avons pas. »

Pier Giorgio Frassati

“La charité chrétienne c’est d’aimer les autres parce que Dieu les aime. Voilà entre autres ce qui me bouleverse de joie divine.”

Claire de Castelbajac

« Je comprends maintenant que la charité parfaite consiste à supporter les défauts des autres, à ne point s’étonner de leurs faiblesses, à s’édifier des plus petits actes de vertus. »

Thérèse de Lisieux

Amitié et leadership


« L’amitié est un cadeau de la vie, un don de Dieu. Le Seigneur nous polit et nous fait mûrir à travers les amis. (…) Avoir des amis nous apprend à nous ouvrir, à prendre soin des autres, à les comprendre, à sortir de notre confort et de l’isolement, à partager la vie. » [Christus Vivit n°151]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Pier Giorgio Frassati (1901-1925)

  • Pier Giorgio Frassati était un véritable leader populaire. Il crée avec ses amis la compagnie des types louches, où chacun a son surnom et où ils rivalisent de plaisanteries, de jeux, d’excursions en montagnes mais surtout où ils s’entraînent les uns les autres à suivre le Christ. 
  • Sa devise “Verso l’alto”, “Vers les hauteurs” ou “Vers le sommet”, parle autant de son amour pour la montagne et l’alpinisme que de son goût de l’effort, sa persévérance et son désir de suivre le Christ jusqu’où Il voudra. 
  • Malgré la guerre et le contexte politique tendu de l’époque, Pier Giorgio ne perd jamais de vue son but premier : servir Dieu et les plus pauvres. Très engagé dans la politique (son père étant sénateur), il ne craint pas d’exprimer clairement son opinion contre le facisme. 
  • Pier Giorgio était réputé pour être toujours joyeux et volontaire quels que soient les événements. Il était sûr que le Christ l’aiderait dans les épreuves et répétait : “la tristesse doit être bannie des cœurs animés par la foi.” 
  • Il a toujours eu le désir d’aider les plus pauvres. Il s’inscrit aux conférences Saint Vincent de Paul et cherche à connaître et à servir le milieu ouvrier, alors très pauvre dans l’Italie du nord.  Il a touché énormément de personnes dans ses rencontres, sans que ses parents le sachent, si bien qu’à son enterrement ils ont été étonnés de voir autant de personnes venir lui rendre hommage.

Et toi, quelle place donnes-tu à Dieu dans tes amitiés ? Par quels moyens, petites habitudes ou grands engagements, pouvez-vous progresser ensemble vers la sainteté ? 

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Saint Dominique Savio (1842-1857)

  • Dominique Savio a eu très tôt l’amour de l’Eucharistie. Il demande à faire sa première communion à l’âge de 7 ans (à l’époque elle se faisait à 12). Le chapelin voyant sa foi intense lui donne l’autorisation. Dominique écrit : “Je sanctifierai tous les jours de fête ; je me confesserai souvent et je communierai aussi souvent que mon confesseur me le permettra ; Jésus et Marie seront mes amis. Je préfère mourir plutôt que de pécher.” 
  • À 12 ans Dominique rencontre pour la première fois Don Bosco. Touché par son intelligence et sa rigueur dans le travail, il lui ouvrira les portes de son école. Lors d’un entretien avec Don Bosco il confia : “je désire ardemment être prêtre.”
  • L’année suivante Don Bosco demande à ses élèves d’écrire un souhait qu’ils ont, leur promettant son possible pour les exaucer. Dominique écrit : “Aidez-moi à devenir saint”. (Pour connaître la réponse de Don Bosco il ne vous reste plus qu’à cliquer sur le bouton pour lire la fiche complète 😉)
  • La charité de Don Bosco se trouvait dans ses petits actes : aide aux devoirs, soin des malades, entretien de la maison. Le 8 décembre 1856 il fonde la compagnie de l’Immaculée. Il s’agissait de vivre dans une confiance illimitée en Marie, d’aider Don Bosco et ses collaborateurs dans l’ambiance de la maison, et de manifester une attention particulière aux nouveaux venus. 

Et toi, qui dans ta vie t’entraîne vers la sainteté ? Et qui dans tes amis as-tu envie d’entraîner à ton tour ?

Claire a vécu de très fortes amitiés, elle cherchait sans cesse à avoir des relations vraies et qui font grandir. Ce sera pour elle une grande blessure quand ses amitiés romaines deviendront plus difficiles.

Claire de Castelbajac

Blandine a vécu avec ses compagnons de martyr une amitié spirituelle qui les a fortifié. Dernière à être exécutée, elle n’a eu de sens d’encourager et d’édifier ses amis.

Ste Blandine

Foi et espérance dans l’épreuve

« Le triomphe chrétien est toujours une croix, mais une croix qui en même temps est un étendard de victoire, qu’on porte avec une tendresse combative contre les assauts du mal » [Gaudete et exultate n°163]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Sainte Blandine (~162-177)

  • Ste Blandine, jeune esclave d’une quinzaine d’années, qui s’est convertie en même temps que sa maîtresse au christianisme, est l’une des premières à être arrêtée lors des émeutes contres les chrétiens à Lyon (Lugdunum). Ils seront 48 à mourir martyrs de mars à août 177 dont St Pothin, premier évêque de Lyon.
  • Blandine a subi de nombreuses tortures, et malgré sa “petite taille chétive”, elle n’a jamais arrêté de croire et de prier pour tenir dans l’épreuve. 
  • Elle a toujours eu confiance dans le Christ. Lorsqu’elle était prisonnière du filet et que le taureau la lançait en l’air, la lettre qui rapporte l’histoire des martyrs de Lyon nous dit : “Nous avions craint que Blandine dans cette lutte ne soit pas capable, à cause de sa faiblesse physique, d’une telle force. […] Mais elle ne sentait plus rien de ce qui lui arrivait : toute entière à son espérance, aux biens promis à sa foi, elle continuait le dialogue avec le Christ.”
  • Elle a été condamnée avec d’autres chrétiens. Elle a prié avec et pour chacun d’eux, les soutenant sans cesse dans leurs épreuves. On peut aussi que supposer qu’elle a prié pour ses bourreaux à la suite du Christ.

 Et toi, quelle est la place de la prière dans ta vie d’aujourd’hui ? Et dans l’épreuve, as-tu déjà expérimenté cette force dans la prière ? 

« Il y a des moments difficiles, des temps de croix, mais rien ne peut détruire la joie surnaturelle qui s’adapte et se transforme, et elle demeure toujours au moins comme un rayon de lumière qui naît de la certitude personnelle d’être infiniment aimé, au-delà de tout » [Gaudete et Exultate n°125]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Bienheureuse Chiara Luce (1971-1990)

  • Dès son enfance, Chiara se manifeste par sa charité. Petite, sa maman lui demande si elle ne veut pas donner quelques-uns de ses jouets aux pauvres, elle répond “Non, ce sont les miens.” 1/2h plus tard, elle demande à sa mère un sac et y place ses nouveaux jouets. Interloquée, sa maman lui demande pourquoi, et elle répond : “On ne donne pas aux enfants pauvres des jouets abîmés.” 
  • Lors du Family Fest à Rome, elle rencontre Chiara Lubich, fondatrice des Focolari, mouvement de jeunes chrétiens. Elle intégrera les groupes par la suite et y fera la rencontre de sa meilleure amie Chicca. Elle recevra beaucoup de ces groupes de jeunes. 
  • C’était une jeune fille altruiste, souriante, pleine de vie. Chiara dit un jour en parlant de la Bonne Nouvelle : “Je ne peux pas rester analphabète face à un tel message. Il faut que je vive l’évangile avec la même facilité que je récite l’alphabet.” 
  • Dans la maladie, Chiara est restée forte jusqu’au bout, gardant son sourire et sa joie même quand elle était seule dans sa chambre. Dès que la douleur survenait, elle disait : “Si tu le veux Seigneur alors je le veux aussi.”.

 Et toi, comment traverses-tu les moments difficiles, les petites ou les grandes épreuves de la vie ? Est-ce que tu arrives à les confier à Jésus et à Le laisser les vivre avec toi ?  

 « Je te demande de prier afin que Dieu me donne la force de supporter sereinement ma peine — tandis qu’à elle soient réservés tous les bonheurs de cette terre — et la force d’accomplir ma destinée » à sa sœur quand il doit renoncer à son amour pour Laura

Pier Giorgio Frassati

Amour des sacrements et de l’Eglise

« Dans l’Église, sainte et composée de pécheurs, tu trouveras tout ce dont tu as besoin pour progresser vers la sainteté. Le Seigneur l’a remplie de dons par sa Parole, par les sacrements, les sanctuaires, la vie des communautés, le témoignage de ses saints, et par une beauté multiforme qui provient de l’amour du Seigneur. » [Gaudete et exultate n°15]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Saint Tarcisius (~263-275)

  • Tarcissius s’est porté volontaire à l’âge de 12 ans pour aller donner le Christ à ses frères chrétiens prisonniers. Il était prêt à tout pour aider ses compagnons à communier et à garder la force dans l’épreuve. 
  • Il a compris très tôt l’importance qu’avaient les hosties consacrées. Quand sur le chemin il fût arrêté par d’autres jeunes, il ne se laisse pas détourner de sa mission et protégea jusqu’au bout ce trésor qui lui avait été confié.
  • On ne connaît pas grand choses sur la vie de Tarcisius, nous connaissons son existence et son martyr par l’inscription que le pape Damase (366-384) a fait apposer sur sa tombe, le considérant comme “un nouvel Etienne”. Il fut donc probablement lapidé par ceux dont il a croisé le chemin.
  • Benoît XVI rapportera la tradition que ni ses persécuteurs, ni les chrétiens qui sont venus récupérer le corps de Tarcisius n’ont retrouvé les hosties qui s’étaient comme incorporées à lui : “On raconta que le pain consacré, défendu par sa vie par le petit martyr, était devenu chair de sa chair, formant ainsi avec son propre corps, une unique hostie immaculée offerte à Dieu.”
  • Tarcisius est aussi le saint patron des servants d’autels et des premiers communiants !

Et toi, quelle importance donnes-tu à l’Eucharistie et aux sacrements ? Comment es-tu aussi porteur du Christ pour le monde après avoir communié ?  

« L’eucharistie est mon autoroute pour le ciel ! »

Carlo Acutis

« Le chrétien a trois aliments : la Parole (Dt 8,3), l’Eucharistie (Jn 6,55) et faire la volonté du Père (Jn 4,34).« 

Guido Schäffer

Joie et louange

« Le saint est capable de vivre joyeux et avec le sens de l’humour. Tout en demeurant réaliste, il éclaire les autres avec un esprit positif et rempli d’espérance. » [Gaudete et exultate n°122]

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger

Claire de Castelbajac (1953-1975)

  • Claire a toujours voulu être “une louange vivante à Dieu”. Débordante de joie et de vie, Claire n’a jamais vraiment trouvé sa vocation, se sentant appelée aussi bien à la vie consacrée qu’au mariage. Mais lorsqu’elle meurt à 21 ans, elle a senti que Dieu lui disait : “Tu as le bonheur pour vocation !”
  • Grande artiste, elle a utilisé ses talents de peintre au service de l’Eglise. Comme un moyen de se mettre sous la protection de sa sainte patronne, Claire a rénové la fresque de Sainte Claire à Assise dans la basilique Saint François. Elle rénovera ainsi de nombreuses oeuvres d’art religieux. 
  • Après ses études à Toulouse, elle part pour Rome où elle découvre l’indépendance et la liberté. Elle fait face à de nombreuses difficultés dans sa foi, ses amitiés, ses relations. Elle trouvera son soutien dans la prière de sa famille et dans la vierge Marie à qui elle se confie tous les jours : « Ô Marie Immaculée, je vous confie la pureté de mon cœur. Soyez-en la gardienne pour toujours ». 
  • Tout au long de sa vie elle a écrit de nombreuses lettres, notamment à ses parents mais a aussi laissé beaucoup de réflexions intérieures dans ses carnets, c’est comme ça que nous connaissons son cheminement intérieure de jeune ordinaire.
  • Elle a une confiance absolue que Dieu veut son bonheur et qu’Il est là quoi qu’elle vive : “Je sais bien qu’il y a dans la Bible 366 fois : « Ne crains rien », une pour chaque jour de l’année, et que la grâce d’état sera là, le cas échéant.”

Et toi, crois-tu que Dieu veut vraiment ton bonheur ? Est-ce que cela te rend joyeux et plein de gratitude ?

« Le bonheur est le regard tourné vers Dieu. La tristesse est le regard tourné vers soi.« 

Carlo Acutis

«  La joie réside au plus intime de l’âme; on peut aussi bien la posséder dans une obscure prison que dans un palais. »

Thérèse de Lisieux

Dernières news

NE RATE AUCUNE ACTU DES JEUNES CATHOS !