Retour sur la dernière rencontre des lyonnais à Paris

IMG_0218 IMG_0220 IMG_0215 IMG_0214

 

Témoignage du Cenacolo

Soirée des lyonnais à Paris avec Mgr Barbarin

4 Juin 2015

 

Franco : « On vit une vrai résurrection! On était dans les ténèbres. »

Pour Franco, le Cenacolo est une maison de vie car elle ne cherche pas à donner des produits de substitution. Elle offre un vrai chemin de vie grâce à trois éléments de la vie communautaire :

–       l’ange-gardien qui est une personne présente depuis plus d’un an, qui accompagne le nouvel entrant et qui est là pour l’aider, en comprenant exactement la situation de la personne dépendante car l’ayant lui-même vécu. Il est un témoin, une personne simplement présente et un exemple de don gratuit, sans jugement.

–       Le travail : le Cenacolo redonne le goût du travail, le goût de commencer et achever quelque chose avec quelqu’un. Le travail permet de retrouver une hygiène de vie et une forme physique qui permet de revivre et de rentrer le soir pour prendre une tisane et se coucher et non plus avoir des pensées mauvaises.

–       La prière qui n’est pas obligatoire. Et au début on trouve ça bizarre : » 40 personnes qui se mettent à genoux, on se dit qu’ils ont fumé quelque chose ». Et ensuite on se rend compte que le chapelet change le cœur et   tout le mauvais qu’on a vécu, qu’on pense… « Arriver à s’aimer est la plus dure des choses, et la prière et la communauté aide à cela.

Après Franco, Simon, 24 ans, a livré un témoignage touchant de son parcours de retour à la vie après être tombé dans la drogue. La drogue lui permettait de se sentir plus fort de mieux s’accepter. Et c’est grâce à sa sœur et sa maman qu’il a pu entrer au Cenacolo et ainsi se retrouver et vivre. Il a souligné l’importance de l’ange gardien qui « lui voulait du bien » ainsi que la prière qui est le moment où il a pu sentir à nouveau la vie. Dans son parcours, la réconciliation avec sa famille tient une place particulière également.

Enfin, Caroline et Renaud, un couple dont l’aîné Geoffroy des trois enfants est rentré au Cenacolo  a 21 ans, ont témoigné  de la difficulté pour les parents d’être confrontés à la drogue. Face à cette terrible épreuve, le moment qui a été important pour eux est celui où ils ont pu nommer le problème de leur fils et ils ont pu dire : « notre fils se drogue ». Le chemin a cependant été long pour eux et ils ont souligné à quel point des parents pouvaient être démunis face à ce fléau. Pour eux, le chemin des parents dans cette situation est également un chemin de conversion qui permet de reconstruire une famille grâce à des pardons qui sont donnés.

Aujourd’hui ils guident les familles qui sont dans la situation qui était la leur afin de les écouter et de faire en sorte qu’ils ne soient pas autant démunis qu’eux.

 

jeunes à Paris 3 Jeunes à Paris 2 Jeunes à Paris 1