Les balladins de la Lumière à Cluny et Noirétable !

Les baladins de la lumière continuent de d’approfondir la miséricorde !

 

Nouvelle image 1 SAM_8260 SAM_9061a SAM_9096

 

Ils se sont retrouvés à Cluny en février et à Noirétable en avril pour vivre comme chaque fois de beaux moments sous forme de  jeux, de temps de réflexions et de prière.

Lors du séjour à Cluny qui a rassemblé 11 collégiens (dont 5 qui n’ont participé qu’une journée sur les trois), nous avons pu découvrir entre autre, avec les parents qui nous ont accompagnés, la belle icône de la miséricorde à Taizé. Les jours suivants, nous avons aussi visité  Cluny et son abbaye. Nous avons rencontré les sœurs de Saint Joseph qui ont parcouru le monde et partagé un repas avec un écrivain spécialiste du pardon au restaurant bio de Cluny : ce fut l’occasion de réfléchir à la miséricorde pour les hommes mais aussi à la miséricorde pour la terre que le Pape François nous invite à préserver pour les générations futures.

À Noirétable, en nous appuyant sur le logo de l’année de la miséricorde, nous avons découvert les « je suis » de l’Evangile de st Jean et en particulier «  je suis le bon berger ». Pour lancer la découverte de ces « je suis », nous avons revisité l’histoire de Moïse et du buisson ardent, nous avons ensuite joué au portrait chinois et découvert en quelque sorte le portrait chinois de Jésus : s’il était un objet, il serait une porte, s’il était une plante, il serait un cep de vigne, s’il était de la nourriture, il serait «du pain…  sur le logo, le regard commun de Jésus et de l’homme qu’il porte  nous a intrigué et nous a fait comprendre que si on s’abandonne à Lui et qu’on se laisse porter sur ses épaules, on peut avoir le même regard que Lui.

L’accueil par les sœurs de la Salette a été très apprécié une fois de plus et nous avons pu jouer dans les bois, ramasser des jonquilles malgré le temps frais : les flocons de neige du premier jour on fait place à un soleil radieux le deuxième jour. Nous avons vécu de beaux temps de prière, où nous avons porté nos familles et en particulier celles qui venaient de vivre un deuil.

Il y a de la joie à découvrir qu’au bout de ces deux ans de ces mini séjours réguliers, les baladins entrent de plus en plus facilement dans la démarche de confiance et de respect des repères du groupe, même si ce n’est pas toujours les mêmes collégiens qui participent.

Le prochain rendez vous est pris pour juillet avec le camp débrouille et les baladins trouvent que cela va faire long d’attendre jusque là pour vivre ensemble ces moments forts qui les aident à grandir !

Isabelle DUMAS