Les baladins de la lumière et le camp débrouille !

SAM_5790 SAM_5664 SAM_5724 SAM_5730 SAM_5755

Les baladins de la lumière et le camp débrouille.

juillet 2015

« Laudato si o mi Signore ! » C’est le chant qui a accompagnés les baladins de la lumière tout au long de ces trois jours du camp débrouille. Nous avons loué le Seigneur pour la création, pour les petites bêtes et le soleil brûlant, pour les arbres, pour tout ce qui nous est donné…

14 collégiens du secteur de Régny et Amplepuis ont accepté de relever le défi de vivre avec un euro par jour et par personne pour approcher la réalité de tant d’hommes, de femmes et d’enfants qui vivent de par le monde avec très peu.

À cause de la chaleur, nous avons fait quelques entorses à notre projet : finir un trajet en voiture,  cuisiner dans la maison un soir ou le vent risquait de propager le feu. Il a fait si chaud qu’on se serait cru en Afrique !

Notre budget boucle encore cette année : 23€50 pour les courses au village situé à 3 km. Le reste a été utilisé pour les produits bios récoltés sur la ferme (moitié prix grâce au coup de main donné pour la récolte). Les jeunes ont même fabriqué des fromages blancs.

A cœur de ce séjour, nous avons eu la chance d’avoir la visite de 4 membres de la communauté « Palabra Viva » et le père Xavier Skof. Avec eux nous avons célébré la messe en plein air, mangé ensemble et chanté et prié autour du feu. Ce fut une très belle soirée !

À la dernière soirée avec les familles, les baladins ont préparé le plat principal pour le repas, avant de partager les desserts que les parents avaient apporté.  Ils ont chanté un hip hip hip hourra pour remercier leurs animatrices, en particulier Julie si attentive à chacun, pour l’agriculteur qui les a accueillis, pour tous ce qu’ils ont vécu au camp, pour le dahu, le feu, les guêpes !… Le plus dur a été de renoncer à la piscine pendant ce temps de canicule, et à certains moments, d’accepter les autres dans leur différence. Les relations humaines sont ce qu’il y a de plus beau mais de plus difficile aussi quand on vit en proximité constante.

Voici quelques réflexions des jeunes : « on passe beaucoup de temps pour s’occuper de la cuisine, du bois, de l’eau » … « je ne savais pas que les yaourts aux fruits étaient plus chers que les yaourts nature »… »on mange souvent des pommes de terre » (c’est vrai que manger des patates pour le déjeuner, ce n’est pas banal !…).

On s’est fait de beaux petits plaisirs durant le camp : marcher dans la rivière, se rouler dans le foin, approcher les animaux de la ferme, griller des chamallows à la braise et bien sûr jouer, et rire…

 

Je souhaite que tout ce que les baladins de la lumière ont découvert et partagé pendant ce camp les aide à grandir et à mettre toujours plus leur confiance en Dieu.

Isabelle DUMAS