Le SIMONE : le café coworking a fêté son inauguration

Le café coworking des Altercathos a fêté son inauguration 

 

Si nous disons 13 mai très certainement la figure de Notre Dame de Fatima ne tarde pas à nous venir en tête. Les Altercathos ont choisi la bonne date pour inaugurer leur projet de café coworking. C’est donc sous le voile maternel de Fatima Le Simone a ouvert ces portes ce vendredi 13 mai.  A 20h les premiers arrivants ont pu explorer les espaces du Simone, apprécier l’exposition Un Jardin, ailleurs d’Augustin Frison-Roche et goutter à la carte du café avec ses apéritifs, gourmandises, sirops et bières.  L’ambiance bien décontractée a été assurée par la musique en live et par les invités qui peu à peu ont rempli l’espace du Simone jusqu’à déborder sur le trottoir d’en face.

A l’occasion de l’inauguration, le président et fondateur des Altercathos, Paul Colrat, a expliqué que « Le Simone est un lieu propice à nous retrouver pour penser le bien commun à partir de notre présence commune. Si le Simone est catholique c’est parce que il est animé par la passion du croisement des vies et des pensées ». Paul a fait appel aussi à l’importance des dons afin de finir de financer le lieu. Puis, le président du CCES (Comité des Cadres et Entrepreneurs du Simone), Jean-Baptiste Labouche, a pris la parole pour présenter la fonction du CCES en soulignant le soutien à la fois sur un plan financier et à la fois pour accompagner et former les coworkers.

Denis Broliquier qui est le Maire du 2ème arrondissement de Lyon a complimenté le lieu que selon lui est « ancré mais ouvert. Sa finalité est le bien commun. Vous êtes dans une démarche concrète. Vous travaillez et vous gérez de la richesse »,  félicite t’il.

Pour finaliser, Mgr. Barbarin a raconté que «  La première fois que j’ai entendu parlé de ce projet je n’ai pas hésité à dire oui».  Et selon lui toutes les questions du monde doivent avoir sa place dans Le Simone « On va avoir les réponses à toutes les questions, pas parce que nous sommes intelligents, mais parce que nous sommes habités par l’esprit saint », a rajouté Philippe Barbarin.  Le cardinal a conclu en disant que « Le mot coworking m’intéresse, car Jésus a dit que Mon père travaille beaucoup et moi aussi je travaille. Le travail me plaît énormément. Même Saint Jean Paul II a parlé de l’importance du travail en composent l’évangile du travail‘. Et nous aussi, nous devrons faire des nos vies un évangile du travail».  Dans la suite le cardinal Barbarin a béni Le Simone.

 

Le Simone 

 

Le Simone compte avec un café et un espace coworking. De même, le café promeut un espace de dialogue à partir des conférences et un espace culturel avec des expositions qui tourneront régulièrement. Le coworking a la capacité d’accueillir jusqu’à 35 coworkers. Il possède une salle de réunion pour 8 personnes. L’accès à l’internet se fait à partir d’une fibre optique 400 MBit/s et on ne pourrait pas oublier… la machine à café ! Au dé-là, l’espace est convivial et tranquille avec une touche bien moderne. Tout vitré, Le Simone est bien éclairé. La décoration du lieu est à admirer : bien propre, avec quelques tapisseries de fond épurées et apaisantes. En plus, il y a des fleurs, des plantes, des fauteuils moelleux et un poisson rouge.

Le Simone est à la fois un café associatif et un espace de coworking qui accueille une communauté d’auto-entrepreneurs, de créateurs d’entreprise et de travailleurs indépendants. Les trois grandes piliers du projet Simone sont “Culture, convivialité et création”. Le Simone prend le parti d’afficher un enracinement catholique, parce que pour eux cela veut dire « universel ». Ouvert à tous, Le Simone n’est pas un espace cultuel mais bien culturel.

 

Qui sont les Altecathos ? 

Nées à Lyon en 2011, les Alternatives Catholiques est une association loi 1901 ayant pour but de promouvoir l’engagement des laïcs dans la cité.  A l’occasion de plusieurs ateliers de discussions, de conférences et de débats, ils désirent examiner les enjeux politiques contemporains à la lumière de la doctrine catholique, tout en élaborant un discours audible pour le monde qui nous entoure. Pour ce faire, chaque mois est consacré à un problème politique précis, à propos duquel ils  organisent une conférence. Les événements sont ouverts à tous, bien qu’ils s’adressent plus précisément à un public jeune et catholique. (Selon www.lesimone.fr)

Pourquoi le Simone ? 

Ce nom en référence à Simone Weil, figure universelle de la pensée engagée dans l’action. En elle peuvent se reconnaître les partisans de gauche comme de droite, les chrétiens comme les non-chrétiens, les militants politiques comme les mystiques. Elle a su incarner à la fois la rigueur de la pensée et la force de l’engagement politique au service des plus pauvres. Simone Weil a œuvré à la création d’une forme d’université populaire à Bourges, après avoir lancé en 1935 son appel “Pour la création d’une université ouvrière”. De même, le Simone, en tant que lieu de formation autogéré des Alternatives catholiques a vocation à instruire le plus grand nombre au sujet des enjeux politiques et sociaux actuels. L’enjeu de fond est de lutter contre ce que Simone Weil appelait, reprenant Marx, “la division dégradante du travail en travail intellectuel et travail manuel”. Ainsi le projet veut la rejoindre lorsqu’elle disait : “Ce que nous voulons faire, ce n’est pas une série de conférences, c’est une entreprise d’instruction mutuelle”. (selon lesimone.fr)

Pour tout information sur le café, programmation  ou les tarifs et abonnements du coworking, visitez lesimone.fr ou sur place : Coworking : 1 Rue du Général Plessier ; et le café culturel : 45 Rue Vaubecour. 

Suivez l’actualité du Simone sur Facebook : Le Simone.