Savoir où Dieu m’appelle

ma_vie


Elle passe par les sacrements  car c’est par eux que nous pouvons entrer dans la vie chrétienne, entretenir notre foi, être nourris de la grâce dont Dieu veut nous combler chaque jour et nous unir au corps que nous formons tous et dont Jésus est la tête : l’Eglise.

Les 3 sacrements appelés  d’initiation chrétienne  de l’Eglise catholique sont :

-Le baptême

-La confirmation

-L’Eucharistie

Selon le Catéchisme de l’Église catholique, « par les sacrements de l’initiation chrétienne, le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie, sont posés les fondements de toute vie chrétienne. »

Et  il y a aussi les autres sacrements :

-La Réconciliation (ou Confession ou sacrement du Pardon)

-Le mariage et l’ordre (ordination sacerdotale)

-Le sacrement des malades

(En savoir plus sur le site du diocèse de Lyon)
 

Dans notre vie de tous les jours, L’Église catholique ne cesse de nous encourager de vivre au plus près de Jésus en particulier avec  les sacrements de l’Eucharistie et de la Réconciliation.

prière

Il y a une base de vie spirituelle dont il faut prendre grand soin : notre prière personnelle

car elle est le reflet de notre relation personnelle avec Dieu. A notre réveil, avant de s’endormir, tout au long de la journée… : ce sont ces moments où nous pouvons Lui parler directement, Lui dire ce que nous avons sur le cœur.

On s’adresse à Dieu comme à un ami et comme à un Père  car il s’agit bien d’une relation d’une personne à une autre personne.  C’est notre prière personnelle qui va venir irriguer toute notre vie spirituelle nous dit notre archevêque, le cardinal Philippe Barbarin.

Nous sommes Ses enfants, c’est une manière pour nous de Lui marquer notre appartenance, notre vie en Lui, chaque jour.

 

 mariage

Qu’est-ce que le mariage ?

Question posée au Pape François (octobre 2013)

« C’est une vraie vocation, comme le sont le sacerdoce et la vie religieuse. Deux chrétiens qui se marient ont reconnu dans leur histoire d’amour l’appel du Seigneur, la vocation à faire de deux, homme et femme, une seule chair, une seule vie. Et le Sacrement du mariage enveloppe cet amour avec la grâce de Dieu, il l’enracine en Dieu même. Avec ce don, avec la certitude de cet appel, on peut partir en sécurité, on n’a peur de rien, on peut tout affronter, ensemble. »

« LE MARIAGE CHRÉTIEN : À DEUX VERS LE CIEL

Le mariage est la vocation naturelle de l’homme et de la femme. Il est un chemin de sainteté à part entière.

Dieu qui est amour, a créé l’homme par amour et l’a appelé à aimer : c’est sa vocation fondamentale. L’amour mutuel de l’homme et de la femme est l’image de celui de Dieu pour l’homme. L’homme et la femme sont créés l’un pour l’autre. Le mariage est donc une réalité naturelle : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Gn 2, 18) nous apprennent les Écritures. Mais Jésus l’a transformé en en faisant un sacrement, c’est-à-dire une source de grâce et de sanctification.

Ce sacrement a un sens très profond : il lie les époux du même lien que celui par lequel l’Église est unie au Christ. Les rapports des époux doivent désormais être à l’image des rapports du Christ et de l’Église. Le foyer chrétien est donc une micro-Église.
En vivant entre eux pleinement l’alliance, la fidélité, la tendresse, le don et le pardon, les couples montrent au monde la profondeur et la nature de l’amour de Dieu.

Un chemin de sainteté

Dans la vocation du mariage, pour chacun des conjoints, le chemin vers Dieu passe par l’autre. Dans un couple, le chemin de la sainteté est donc celui de l’amour conjugal. « Le mariage sacramentel est un bien et même un grand bien et le chemin par lequel la majorité des baptisés, tous ceux qui ont la vocation du mariage, sont appelés à la sainteté. » (Jean Daujat)

La sainteté dans le mariage se réalise donc vraiment lorsque chaque conjoint comprend qu’il ne peut aimer Dieu qu’en aimant son époux. En effet, être saint c’est faire la volonté de Dieu. Or, dans la vocation du mariage, Dieu demande d’aimer son époux(se) comme on L’aime Lui. La vie spirituelle est donc intimement liée à la vie conjugale. « Il n’y a de mariage chrétien que dans la volonté des époux de réaliser dans toute leur vie conjugale l’attitude du Christ-Époux à l’égard de l’Église-Épouse. »(Y. Semen, La sexualité selon Jean-Paul II, p 164.) Il a donné sa vie pour elle. Pour vivre cette analogie, les époux doivent mourir à eux-mêmes.

Le sacrement est une source

Pour aider les époux, l’Église leur offre de grandes ressources : prière et sacrements - eucharistie et pénitence. « Si la source humaine venait à se tarir, la source divine est aussi inépuisable que les profondeurs insondables de la tendresse de Dieu. » (Paul VI, discours aux Équipes Notre-Dame, 1970)
Son plein épanouissement, c’est dans la fécondité que le couple le trouve, car son amour est fécond et source de vie, à l’image de l’amour de Dieu. La fécondité est bien le couronnement du mariage. Dans sa bonté, Dieu a voulu faire participer les hommes à son oeuvre créatrice. »

(Source Emilie Pourbaix sur le site mavocation.org )

Vous vous aimez et vous voulez avancer vers le mariage ? L’Eglise catholique vous encourage et vous accompagne !

 -Retrouvez les propositions de la Pastorale des familles, des couples et des fiancés de l’Eglise catholique à Lyon et à Roanne

- En savoir plus sur le mariage chrétien sur le site Jeunes cathos

-Et retrouvez la page facebook  dédiée à ce sujet pour les jeunes : «  Mon mariage à l’Eglise »

 

 

vocation

« La vie de l’Eglise est fondée sur l’appel : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis… », dit le Seigneur (Jean 15, 16). Chacun doit donc répondre à cet appel et demander la grâce de comprendre quelle est sa vocation. Les chemins qui nous sont proposés, et sur lesquels le Christ nous envoie, sont très variés, mais ils sont tous une réponse à son appel. A cet appel, quel qu‘il soit, chacun doit répondre « oui », dans la logique de la demande qui est au cœur du Notre Père … et du christianisme : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Je pense que la Pastorale des jeunes doit avoir comme objectif de conduire les jeunes à la grande porte de leur vie, vers le « oui » fondamental de leur existence »

Catéchèse du cardinal Philippe Barbarin sur les vocations sacerdotales et religieuses

 

Appelé à être prêtre ?

Vous sentez un appel à être à la suite de Jésus, pasteur de son Eglise ?  Cette question, l’Eglise catholique  la reçoit avec  grande joie !  Elle mérite d’abord d’être approfondie, avant toute tentative de réponse. (En savoir plus sur le site des Jeunes cathos)

Appelé(e) à être religieux/se ? 

Voir plus sur le site www.jeunescathos.fr 

Appelé(e) à être laïc consacré ?

« LAÏC CONSACRÉ : TOUT À DIEU DANS LE MONDE

Des hommes et des femmes choisissent d’offrir radicalement leur vie au Christ en vivant dans le monde sans se marier.Le XXème siècle a vu naître, ou renaître, des formes de consécration autres que celles qui se pratiquent au sein des congrégations religieuses. Des hommes et des femmes appelés àune vie pleinement consacrée au Christ dans le monde se mettent au service de la mission de l’Église. Ils s’engagent au célibat pour le Royaume. Ils vivent de manière différente - mais tout aussi radicale - les conseils évangéliques de pauvreté, chasteté et obéissance. Ils ne mènent pas la vie commune des religieux et exercent habituellement une profession.

L’ordre des vierges

L’Ordre des Vierges est la forme la plus ancienne de consécration. Dès les origines de l’Église, des femmes ayant voué à Dieu leur virginité sont confirmées dans leur engagement par une consécration solennelle. Rénovée après le concile Vatican II, la consécration des vierges attache publiquement à Dieu, par les mains de l’évêque, celle qui choisit de suivre le Christ de plus près. Les vierges consacrées sont dans le monde un signe de l’amour de l’Église pour le Christ son Époux. Sans règle ni structure communautaire, appartenant à l’Église diocésaine, elles se vouent à la prière, au service de leurs frères et au travail apostolique. Elles sont aujourd’hui en France environ 500.

 Les instituts séculiers

Les instituts séculiers proposent à leurs membres une pleine consécration à Dieu, tout en gardant leur vie ordinaire dans le monde. Ils offrent ainsi une façon nouvelle de suivre le Christ : vivre l’absolu de l’Évangile au coeur du monde.

En 1947, le pape Pie XII leur donne une reconnaissance officielle, confirmant l’importance de cette vocation originale pour l’évangélisation de notre temps. En effet, le monde d’aujourd’hui avance sans référence à l’Évangile. C’est pour répondre à ces besoins nouveaux que l’Esprit Saint a suscité les instituts séculiers qui unissent la radicalité de l’Évangile et la présence au monde, dans la richesse de la consécration.

Partageant, par leur activité professionnelle, la condition quotidienne et séculière de leurs contemporains, les membres de ces instituts cherchent à transfigurer le monde de l’intérieur en revêtant les sentiments mêmes du Christ : pour être dans le monde des signes de son amour et imprégner ainsi le monde de l’Évangile.

Les membres s’engagent à :

  • la chasteté dans le célibat, réponse d’amour total pour Dieu et pour leurs frères,
  • une vie de pauvreté pour signifier au monde que Dieu est l’unique vraie richesse de l’homme,
  • une vie d’obéissance pour s’unir au dessein de Dieu.

Il y a en France une trentaine d’instituts séculiers, très divers dans leur spiritualité et leur orientation.

Dans les communautés nouvelles

Au sein des communautés nouvelles - appartenant ou non au mouvement du renouveau charismatique - des hommes et des femmes s’engagent au célibat et à la pratique des conseils évangéliques. Ces laïcs consacrés sont membres de leur communauté au même titre que les personnes mariées et que les prêtres. Ils partagent avec eux les charismes et la mission de leur communauté dans l’Égliseselon les nécessités de la nouvelle évangélisation. »

(Source  Père Denis Jachiet sur Mavocation.org ou voir plus  sur le site de la Conférence des évêques de France dédié aux laïcs consacrés.)

 SAVOIR OU DIEU M APPELLE

Pour que nous puissions savoir où Dieu nous appelle et lui répondre pour notre plus grand bonheur, la Pastorale des vocations du diocèse de Lyon nous propose divers moyens pour nous accompagner dans ce chemin de réflexion :

  • POUR LES HOMMES

 Le groupe Samuel 

 

Groupe de discernement pour les garçons, accompagné de prêtres du diocèse de Lyon.

Le pélé des vocations

Pour les garçons qui se posent la question de la vocation sacerdotale. Il a lieu souvent en Italie et vers le mois de novembre.  Il est accompagné par Mgr Batut, évêque auxiliaire  et des prêtres du diocèse de Lyon.

La Propédeutique interdiocésaine Saint-François de Sales

Prendre une année de réflexion  pour les garçons Une année pour se mettre à l’écoute de Dieu. La propédeutique est une année de discernement vocationnel qui se présente comme un préalable indispensable à tout candidat au séminaire : « Je demande qu’il y ait une période convenable de préparation humaine, chrétienne, intellectuelle et spirituelle précédant la formation donnée au séminaire » (Jean-Paul II, Pastores Dabo Vobis).  La propédeutique revêt une triple objectif : permettre à chacun de décider librement de suivre le Christ en lui apportant les fondements d’une vie authentiquement catholique /se mettre à l’épreuve la vérité de son désir de devenir prêtre diocésain comme une réponse libre à un appel gratuit de Dieu éclairé par une intimité nouvelle créée avec le Christ / mettre en lien tout ce qui a été appris au cours de l’année pour répondre dans la fidélité des années à venir à l’appel entendu. Contact : Maison Saint François de Sales – 5, rue du onze novembre – 71600 Paray le Monial – tel : 09 50 08 14 81

Le séminaire inter provincial de Saint Irénée

Séminaire pour la province de Lyon

 

  • POUR LES FEMMES

Le groupe Marthe et Marie 

Groupe de discernement pour les filles, accompagné par des religieuses du diocèse de Lyon

 

  • POUR TOUS

- Temps de prière pour nos vocations car nous sommes tous concernés ! 

C’est un temps de prière mensuel, tous les 1ers vendredis du mois à la cathédrale St Jean où les jeunes catholiques à Lyon prient pour toutes les vocations.